SEPA AREVA février 2014

Communiqué de presse du 20 février 2014

AREVA, ou comment faire passer les vessies du SEPA pour des lanternes de haute technologie ?


Par un communiqué de presse, la société AREVA se vante de construire un « centre d’innovation minière » sur le site de Bessines-sur-Gartempe. Ces installation existent en réalité déjà sur le site ! Problème, elles sont vétustes, quand elles ne sont pas illégales !

Les rapports d’inspections de 2007, 2008 et 2009 ont en effet révélé de nombreuses irrégularités sur les installations qui composent le centre actuel « SEPA » : Un pilote et un laboratoire qualifiées de vétustes par AREVA NC, dont la gestion des eaux et des déchets est non conforme. Installations servant à analyser les carottes de minerai d’uranium provenant du monde entier, stockées actuellement dans une « carothèque » qui « fonctionne sans l’autorisation requise » !

Les associations de protection de l’environnement alertent depuis 2009 le Préfet sur cette situation d’infraction continue de la part de la société AREVA, couverte par la bienveillance des services de l’État.
En mai 2011, SRL déposait plainte contre la société AREVA à l’occasion de la visite de sa présidente de l’époque Mme Lauvergeon, afin de lui rappeler ses responsabilités.
Une nouvelle demande insistante de voir cette situation régularisée a été formulé par Limousin Nature Environnement lors du Conseil Départemental de l’Environnement de septembre 2013.

SRL n’accepte pas de voir AREVA déclarer qu’elle investit pour la région Limousin (la nouvelle installation ne créera pas un seul emploi) dans une installation « à la pointe de la technologie3 ».

La réalité est tout autre et habituelle concernant les activités polluantes de la société en Limousin : il ne s’agit pour AREVA que de régulariser des installations vétustes, et de tenter de se racheter une image au moment où elle prévoit d’ouvrir un nouveau centre de stockage de déchets générés par les pollutions de l’environnement liée à ses anciennes mines.

Télécharger le CP ici :

PDF - 115 ko