L’intimidation des associations environnementales, nouvelle arme de l’Etat pour la défense des intérêts de l’agro-business ?

Sources et Rivières du Limousin, Corrèze Environnement et la Confédération paysanne de Corrèze dénoncent la destruction de zones humides (tourbière, Aulnaie, Saulaie) dans le cadre de l’implantation d’une serre industrielle de tomates hors-sol (chauffée par l’incinérateur de déchets) à Egletons en Corrèze.

L’implantation de ce projet a eu lieu malgré les avis défavorables du Conseil National pour la Protection de la Nature (CNPN) et de l’Office Français de la Biodiversité (OFB).

Dans ce dossier, SRL est victime d’une forme d’intimidation de la part de l’agro-industriel responsable de la serre, qui tente de nuire à l’image des associations en ayant déposé un signalement à la gendarmerie pour "Intrusion".

Intrusion il n’y a pas eu, puisque le porte parole de SRL a répondu aux questions de journalistes en dehors des serres et du site clôturé, et n’a fait que répondre à l’invitation des journalistes de France3 qui avaient l’autorisation d’être présents.

Mais les agro-industriels ont bénéficié de la "cellule DEMETER" qui prévoit des enquêtes en cas de "simples actions symboliques de dénigrement" ! La Procureure de Tulle a ainsi ouvert une enquête qui porte atteinte à l’image de SRL !

OUI, SRL, Corrèze Environnement et la Confédération paysanne de Corrèze dénigrent cette installation industrielle ! Le "dénigrement" consistant à "diminuer la valeur d’une chose", nous nous sommes élevés contre le GreenWashing de cette industrie qui se présente durable.

Mais nous assumons le droit à la liberté d’expression et le devoir d’informer le public sur la réalité environnementale de cette installation.
Le fait de dénoncer le GreenWashing ne constitue pas de l’AgriBashing !
Encore moins quand l’installation en cause n’a rien d’une installation "agricole"...
Et "l’action symbolique de dénigrement" n’est pas sanctionnable pénalement, au contraire de l’atteinte à la liberté d’expression.

SRL dénonce une intimidation inacceptable.

Pour aller plus loin :



Le reportage de janvier 2020 à l’origine des faits  :







Tribune de la Société Française pour le Droit de l’Environnement (SFDE) :


Soutien de FNE NA :